Kate Barry

Adieu Kate...
Les photographies de la série «Dinard Intime» signées Kate Barry sont de nouveau exposées à Dinard.
Tirages format A4, signés, numérotés, limités en 30 exemplaires.

Dans un univers familial où chacun est artiste et déborde de talent, Kate Barry est la seule à avoir choisi la voie de la photographie. C'est sa manière à elle d'être compositeur, interprète, acteur de ce monde. Photographe de renommée internationale, chacun de ses clichés exprime une délicate empathie avec ce qui l'entoure. Ce que les actrices, les comédiennes, semblent apprécier avant tout lors d'une séance photo avec Kate Barry, c'est la pudeur de son regard, sa discrétion, sa non-ingérence. Nul besoin de masque alors, et la personnalité réelle, profonde, peut être captée avec douceur et subtilité. Dans cet abandon confiant s'expriment les fragilités qui rendent si précieuse la beauté de l'instant. C'est avec le même œil, le même objectif, que Kate Barry a photographié la très belle station balnéaire de Dinard, en Bretagne. Sans fard, sans accessoires, dans la pureté de sa vie hors saison, quand tout est là pour l'homme mais que l'homme n'est pas là. Les maisons, les bancs, les chemins attendent sagement le retour de ceux dont l'absence rend aux paysages toute leur présence. Ces photos, que l'on découvre dans le livre « Dinard, Essai d'autobiographie immobilière » de Jean Rolin et Kate Barry publié en 2012 par les éditions La Table Ronde, sont proposées par Ze Art Galerie en tirages grand ou moyen format, disponibles en 8 exemplaires signés et numérotés. C'est à la découverte d'un Dinard intime que Kate Barry nous convie à travers ces photos. Des photos qui illustrent avec émotion et subtilité les mots de Jean Rolin dans leur livre à quatre mains – deux sur le clavier, deux sur l'objectif : « … C'était une vue formidable, et qui me remplissait d'exaltation, parfois jusqu'aux larmes… » « … J'espère que l'on comprendra mieux, à la lumière de ce qui précède, pourquoi Dinard est resté, pendant la plus grande partie de ma vie, le lieu où je rêvais malgré tout d'habiter. » Les amoureux de Dinard seront séduits, mais ceux qui ne la connaissent pas le seront peut-être plus encore. Ils savoureront pleinement cette intemporalité, la révélation si forte que les moments les plus précieux sont peut-être ceux qui nous échappent, la vision paradoxale de ce qui subsiste dans l'impermanence de nos vies.